Le parquet flottant : la nouvelle tendance


Vous êtes à la recherche d’un revêtement de sol élégant, simple à poser et facile d’entretien ? Et si vous envisagiez la pose d’un parquet flottant ? Gros plan sur un revêtement qui fait ses preuves depuis plus de 40 ans et qui a encore de beaux jours devant lui !

Un matériau multicouches

Le parquet flottant est une alternative au parquet massif posé de manière traditionnelle, avec de la colle et/ou des clous. C’est un type de parquet qui se compose de plusieurs couches assemblées entre elles. On peut y distinguer globalement 3 couches :
– une couche de parement appelée également couche d’usure, en bois dur ou en impression bois sur la surface de la latte
– une couche de soutien
– une couche de finition en résineux
Cet amoncellement de couches donne des lames de parquet de 10 à 15 mm d’épaisseur.

Les types de parquet flottant

Il existe deux grands types de parquets flottants :
– le stratifié, qui est le produit d’entrée de gamme le plus économique, car sa couche d’usure est imprimée sur une épaisseur d’aggloméré pour donner l’aspect du bois.
– le placage bois possède une couche de parement en bois véritable plus ou moins épaisse.

Dans quelles pièces de la maison ?

Le parquet flottant s’adapte à toutes les pièces de la maison sauf les pièces humides comme les salles d’eau, ou les pièces disposant d’un chauffage au sol (le revêtement pouvant empêcher la bonne diffusion de la chaleur) sauf si vous optez pour un parquet adapté à ce type de chauffage. Cependant, il est important de choisir un parquet avec une couche d’usure épaisse pour les pièces de grand passage, alors qu’une couche plus fine de parement sera amplement suffisante dans les chambres par exemple.

La pose d’un parquet flottant

Ce qui fait, entre autres, la renommée du parquet flottant, c’est la simplicité de sa pose. Ce type de parquet se pose directement sur le sol existant, préalablement recouvert d’une sous-couche isolante afin de lutter contre l’humidité, le bruit et les variations de température (par ailleurs, en variant l’épaisseur de cette sous-couche, vous pouvez rattraper un sol bancal). Ensuite, il vous suffit d’un marteau, de cales d’espacement et de frappe, d’une scie et d’huile de coude pour disposer les lames en les clipsant les unes aux autres. Le positionnement de la première rangée de lattes est celle qui prend la plus de temps puisqu’elle va déterminer la pose du reste du parquet, mais une fois qu’elle est ajustée, la suite du travail est d’une très grande simplicité.

L’entretien d’un parquet flottant

Le parquet flottant demande beaucoup moins d’entretien qu’un parquet massif. En règle générale, il suffit de l’aspirer et d’ôter les taches avec un chiffon ou une éponge humide. Si, toutefois, vous désiriez nettoyer votre parquet flottant à la serpillière, c’est possible, mais uniquement si celle-ci est fortement essorée.

Pour résumer, la pose d’un parquet flottant est simple, économique, et durable… Alors, pourquoi hésiter plus longtemps ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.