Quels débouchés après des études d’ostéopathie ?


Une fois votre diplôme en poche, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Jeune(s) diplômé(e)(s), voici plusieurs possibilités pour vous éclairer dans votre choix et vos ambitions d’installation.

Installation en professionnel salarié :

Au sein d’un CHU, d’un EHPAD, d’un club sportif ou autres, vous êtes salarié(e) à plein ou à mi-temps. Cette possibilité s’offre à vous si vous souhaitez prendre en charge une patientèle spécifique et faire vos armes en conditions réelles. Le besoin d’ostéopathes dans ces structures est important. De plus, vous serez entouré(e) d’un staff médical complet pour un suivi adéquat des patient(e)s et une communication facilitée.

En tant que formateur ou formatrice en ostéopathie :

Après 5 ans d’exercice, vous pouvez devenir enseignant(e) dans une école et dispenser votre savoir-faire à vos futur(e)s collègues tout en conjuguant votre profession d’ostéopathe.

En tant qu’assistant(e) collaborateur ou collaboratrice d’un(e) ostéopathe :

Pour parfaire vos techniques et bénéficier de l’expérience d’un ou d’une de vos aîné(e), vous pouvez vous rapprocher d’un/e ostéopathe déjà en fonction et lui proposer une assistance. Ce partenariat aura le mérite de vous faire profiter d’une expérience en cabinet libéral sans vous donner la charge supplémentaire que peut représenter la paperasse administrative. De plus, si le ou la praticien/ne part en retraite, il ou elle pourra vous proposer de reprendre son cabinet, vous assurant de fait, une patientèle.

En tant que remplaçant(e) :

Si vous aimez traverser la France et vous poser quelques temps dans une région, vous pourrez alors faire le choix de remplacer des ostéopathes lors de congés maladie, congés parentaux ou de vacances, vous assurant une patientèle dès votre arrivée dans le cabinet. L’inconvénient est qu’il est parfois difficile d’être loin des siens, ou compliqué à gérer lorsque vous êtes en couple ou que vous avez un ou plusieurs enfant(s).

En tant que professionnel libéral :

Même si l’installation d’un cabinet ne représente au départ qu’un faible investissement suite aux études d’ostéopathie, avoir une patientèle viable met tout de même un certain temps. Cette installation est la plus privilégiée parmi les jeunes diplômé(e)s.

Quelques chiffres :

Selon une enquête d’insertion menée par le Collège Ostéopathique de Bordeaux auprès des promotions 2011 et 2012, 100% des diplômé(e)s ont choisi le libéral, dont 20% en tant que collaborateur/collaboratrice d’un/e ostéopathe installé(e), et 20% également ont fait le choix d’être formateur ou formatrice en école d’ostéopathie.

Partagez...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *